Le 12 avril débutera l’exposition des photographies de Kim Francis, organisée par l’Antichambre à Anglet, le nouvel espace regroupant le tattoo shop the Barbe Bleue, un showroom pour Supahero surfboards et Defocus skateboard et une galerie d'art.
Roxanne et Florian, les deux artistes se cachant derrière le concept Antichambre, ainsi que Kim Francis, ont accepté de répondre à nos questions afin d’en savoir plus sur ce que nous découvrirons le 12 avril !


 

PART 1 : QUESTIONS/RÉPONSES AVEC ROXANNE ET FLO DE L'ANTICHAMBRE

 

Comment avez-vous connu Kim Francis ?
Florian et moi avons fait une expo commune à la Rochelle, et il se trouve que Kim Francis exposait dans le même lieu juste après nous.
Florian a pris contact avec lui car leurs démarches artistiques sont proches (photographie, dessin, shape) mais lui évolue dans le milieu du single fin alors que Florian shape des planches plus "performances".

Avez-vous fixé une ligne directrice artistique précise dans le choix des expos pour l'antichambre ?
 Nous partageons un univers artistique commun et souhaitons faire vivre ce mouvement autour du surréalisme, low brow, illustration.
Pour le choix des expos, le travail des artistes doit avant tout nous plaire et correspondre à notre état d’esprit. On a monté cette galerie dans le but de partager ce qui nous plaît et de créer un lieu culturel gratuit dans le pays basque qui n'en compte que très peu...

 

Comment décririez-vous le concept "Antichambre" ?
Nous avons créé malgré nous un lieu à notre image répondant à nos besoins professionnels et à nos centres d'intérêt.
J'avais envie d’avoir mon propre studio de tattoo, avec une ambiance qui m'est propre, et l'opportunité de ce local nous a permis de combiner nos deux activités ; à savoir le tatouage et un showroom pour les boards Supahero de Florian.
L'idée de la galerie a suivi naturellement.

 

PART 2 : QUESTIONS/RÉPONSES AVEC LE PHOTOGRAPHE KIM FRANCIS


 


Depuis combien de temps faites vous de la photographie ; comment l'aventure a-t-elle débuté ?
J'ai commencé sérieusement à me plonger dans la photographie il y a dix ans.
Depuis tout petit je regardais les magazines et livres de surf, skate, et les travaux des photographes classiques. C’est ainsi que la photo s’est installée dans mon esprit. En commençant à penser, qu’un jour, je ferai partie de cette histoire, que je raconterai les mêmes choses que ces photos, et que je verrai mes photos dans ces publications. Je voulais simplement raconter à travers la photo ma vision du monde qui m’entoure.

 

Photographiez-vous lors de vos voyages/expérience, ou voyagez-vous/vivez-vous des expériences particulières pour photographier ?

Je voyage pour avoir des histoires, et les histoires me donnent les photographies.
Je voyage pour créer des expériences uniques. Je prends mes cameras, mon skate, je pars shaper des planches de surf… et j'essaye de tout documenter, car ces expériences m'englobent dans une grande histoire pleine de gens fabuleux et de trouvailles insolites qui complètent mon travail, ma vie. Ce tout devient finalement un.

 

Pourriez-vous me donner un petit avant-goût de ce que nous verrons à l'Antichambre à partir du 12 avril ?

Il y aura des photos, mais aussi quelques histoires dessinées. Je prévois aussi d’improviser le jour même du vernissage. J'aime l'inspiration du dernier moment. Il faudra courir...

 

Pourquoi "Surrealistic revival motion" (Son pseudo FB) ? Et "Five hundred bucks" (le nom de son site internet) ?

Je cherchais un nom pour ma page. Ce qui est surréaliste, c'est en fait ma capacité à oublier les choses et à imaginer des choses. Par exemple, j'oublie mes rouleaux de film photo partout, sans me rappeler du travail fait. Quand je scanne finalement ces photos, je ne crois pas qu’elles puissent être de moi ! J'ai vécu cette expérience plusieurs fois,  et j’ai trouvé ça surréaliste.
Five hundred bucks... C'est aussi une histoire surréaliste. La longue histoire d'un van que j'ai acheté en Californie pour cette somme afin de réaliser un film, que j’ai finalement perdu... Il y aura d’ailleurs certainement des photos de ce van exposées à l’Antichambre.

 

 

--> FB event 

 

 



Par Audrey Mari pour REGULART MAG