In Waves

In waves, c’est un roman graphique bouleversant d’une tragique histoire d’amour, portée par l’ondulation des traits de AJ DUNGO. Originaire de Los Angeles où il a rencontré Kristen au lycée mais, alors qu’il tombait amoureux, elle, tombait malade. L’artiste mixe dans cette ouvrage histoire du surf et autobiographie. Un parallèle évident qui nous transporte au fil de l’eau dans une histoire qui ne va pas vous laisser indifférente.

Chez Regulart c’est LE coup de cœur.

A l’occasion de la sortie du livre” In waves” nous avons pu rencontrer l’auteur AJ Dango, et lui poser quelques questions.


Bonjour AJ Dungo, chez Regulart, ton livre nous a beaucoup ému, il nous a tous touchés. On est vraiment heureux de te rencontrer pour en parler. Donc un grand merci. 

Peux tu nous expliquer en quelques mots ton Roman BD ?

C’est une histoire d’amour, c’est une histoire à deux narrations parallèles qui s’entremêlent entre passé et présent, qui mélange l’histoire du surf et ma propre histoire.

Le roman est basé sur deux teintes, le bleu et le sépia. On comprend vite l’aspect chronologique grâce au sépia qui fait référence au passé. Le bleu a eu une connotation différente en plus d’être la couleur de l’océan qui était votre terrain de jeu favoris à toi et Christen. Peux tu nous expliquer ce choix colorimétrique ? 

Donc en fait oui, c’est une recommandation de l’éditeur, parce que je comptais à l’origine le faire en noir et blanc. Simplement à cause du nombre de pages, cela paraissait très difficile de faire un livre tout en couleur, enfin de manière traditionnelle.  Le sépia pour toutes les raisons que tu as évoquées , était le choix évident pour tout ce qui concerne la narration du passé, comme les vieux films ou des photos vintages. Le bleu effectivement couleur de l’océan mais aussi la couleur du blues car à l’époque, j’étais tout simplement triste donc ça correspondait au schéma mental que j’étais en train de vivre à ce moment la. 

https://www.instagram.com/agedungs/

Le bleu à une connotation de calme et d’apaisement.Est- ce que ce n’est pas ça qui est représenté finalement,  la couleur de son humeur, de son attitude par rapport à son histoire ? 

Est- ce que ce bleu représente quelque part le tempérament de Kristen ? Calme. 

Oui absolument, maintenant je le pense avec le recul, parce qu’à l’époque c’était pas mon sentiment profond. C’était vraiment cette tristesse mais effectivement c’est tout à fait pertinent .

Dans ton roman, seuls  les gens proches, ceux que tu aimes, et les héros du surf ont des visages. C’est un choix graphique intéressant. Est-ce un choix pour mettre en avant ces personnages et ton univers ?

Effectivement c’est bien vu, c’était un moyen de mettre en lumière, les personnages principaux, parce que dès que vous faites ressortir un visage de l’arrière plan, la vision du lecteur va changer. Il va se rapprocher. On va donc perdre de vu les personnages principaux. Mais il y avait aussi une raison pratique qui était que forcément si vous prêtez une attention particulière aux visages des personnages secondaires,  cela demande énormément de recherches pour élaborer ces visages et j’avais une deadline qui était assez serrée. C’est pour des raisons pratiques et de choix de focalisation sur les personnages principaux. C’est bien vu et c’est ce que j’ai fait. 

Pourquoi avoir mis en parallèle  cette approche historique, héroïque de Tom et Duke avec ton histoire  ? Il y a un lien. L’océan réparateur, espoir, évasion que tu as pu aussi trouver pour refaire surface. 

Tom et Duke n’étaient pas destinés à vivre pour l’océan et finalement celui-ci leur a apporté une mise en lumière et les a sauvés de leur vie qui n’allait pas. 

En fait au début, c’est pari du brief de l’éditeur qui voulait un roman graphique historique sur le surf mais qui voulait également un élément personnel. En fait, ça c’est pratiquement fait à l’envers.C’est vrai que le personnage de Tom qui était une âme perdue s’est réparée à travers l’océan Mais aussi grâce à Duke, un autre athlète qui a été là pour l’accompagner et lui servir de modèle. Il s’est établi une corrélation  immédiate dans mon esprit entre l’intéraction entre Tom et Duke et Kristen et moi. Donc, effectivement pour résoudre ce challenge posé par l’éditeur entremêler l’histoire du surf et mon histoire personnelle, c’était vraiment ça, c’était de trouver aussi dans l’histoire du surf cet élément humain. Le surf est plein de légendes, de personnages extrêmement intéressants sur qui il y avait déjà de la documentation.Tom et Duke sont des gens sur lesquels, dans le surf, on a le plus écrit, notamment Le Duke. J’avais donc de la matière, j’avais toute cette relation entre eux, le miroir en quelque sorte entre Kristen et moi.

D’ailleurs tu sembles avoir fait beaucoup de recherches. Tu peux nous en dire un peu plus ?

La BD comporte beaucoup de planches. Combien de temps as tu mis pour réaliser cette ouvrage? Les sketches, la mise en couleur, est -ce que cela venait en fonction des souvenirs, ou t’étais-tu  fixé un calendrier ? Cela n’a pas dû être facile au vu des circonstances et l’état d’esprit dans lequel tu étais. 

En fait c’était assez incroyable pendant 2 ans et demi, je vivais un peu comme dans le film “l’histoire sans fin”. La même journée sans arrêt : je travaillais comme designer pour des “shoes”, de 9H à 17H. J’utilisais ma boite comme studio, je travaillais là dessus sans arrêt. Pour pouvoir gérer la perte de Kristen, gérer ma douleur je me suis plongé dans le travail. Cela a été long, j’avais un certain nombre de planches à rendre, pour tenir la Dead Line de l’éditeur. Il y avait des avantages à ça, et j’espère que le résultat se voit. Même si i il y avait aussi des inconvénients. Toute ma vie sociale, voir même au détriment de ma santé parce que dés que je retrouvais  des amis ou une interaction avec d’autres personnes, je revenais quand même au livre, car le travail et le personnel était intimement mêlés. 

Cela a été trés long. 

Durant la conception de ton livre, avais tu des inspirations particulières en plus de l’océan ?  Des artistes que tu as pu lire ou voir qui auraient pu t’inspirer ? 

L’influence principale, a peut être été, s’il fallait n’en  citer qu’une, c’est celle d’Adrian Tomine qui a écrit une nouvelle “Killing and dying”, l’histoire d’une mère qui se détériore peu à peu à cause d’un cancer. Ce n’est jamais explicite et c’est fait avec une sensibilité extraordinaire, donc ça c’est sûr, c’est une histoire à laquelle  je me suis beaucoup référé dans mon processus et qui m’a beaucoup touché.

Ensuite, Asterios Polyp, Blankets de Craig Thompson, et “Barbarian surfing days” où  justement il y a une relation comme ça avec la mer que seuls les surfeurs peuvent décrire. 

Comment le livre a-t-il été reçu par tes proches et la famille de Kristen? Et pour toi finalement est- ce que d’avoir fini cette ouvrage là, c’est un moyen d’avancer mais aussi ne pas l’oublier comme Kristen te le demande à la fin de ton livre: vivre à travers ton art. Même si nous n’avons pas pu la connaître, grâce à ton livre on a une image, une impression gravée. 

Oui, alors j’ai eu des copies avant la parution, je les ai forcément distribuées à toute sa famille,

Cela a été très fort car ce sont des gens dont l’avis et l’approbation comptaient le plus pour moi. Il y a eu un moment assez fabuleux : ses cousins, qui le lisaient dans la voiture, m’envoyaient par sms leurs passages préférés. C’était presque un live de leurs impressions, émotions. C’était vraiment un très chouette moment. 

Sa maman, ne m’a pas écrit directement tout de suite, mais j’ai su par son fils, qu’en fait elle l’avait visiblement emporté au bureau le jour même, l’avait lu et avait été émue  jusqu’aux larmes. 

Et pour son frère, qui est dans le livre, cela a été un peu éprouvant, car il ne m’a pas fait de commentaire pendant des semaines. J’étais très, très nerveux. J’étais là à me tourner les pouces, à attendre dans l’angoisse. Mais finalement au bout de plusieurs semaines, il m’a contacté pour me dire que le livre l’avait touché. Il m’a expliqué qu’en réalité il lui avait fallu un moment pour se préparer mentalement à affronter la lecture. Forcément, cela ravivait d’anciennes blessures et le faisait replonger dans quelque chose d’extrêmement intime. Mais quand il a pu le lire et quand il a pu me dire ce qu’il en pensait, il m’a dit qu’il était fier et que j’avais rendu justice à sa soeur. 

Pour la deuxième  partie de la question me concernant. Et bien en fait je suis bien, c’est vrai que quand j’ai commencé ce livre j’étais au pire moment de ma vie et de ma carrière. Et aujourd’hui quand je vois,  et je l’ai pas dit tout à l’heure, que de parfaits étrangés sont touchés par mon histoire, ça me touche. Et quand, en plus, je réalise que je suis là en France, en train de parler avec vous, je me dit que ça ne peut pas être mieux que ça. Et c’est qu’en fait, finalement à partir de maintenant tout semble aller pour le mieux, pour moi. Les gens semblent me dire que je mérite tout ce qui m’arrive. Je ne sais pas à quel point je suis d’accord avec ça mais en tout cas je profite pleinement du moment. Ce qui est important pour moi c’est que je suis entrain de vivre la vie que Kristen espérait pour moi. Et ça, c’est l’essentiel…

En tout cas, c’est un pari réussi car, son histoire, ton histoire nous ont beaucoup touchés et même si je ne ’ai pas connu Kristen, elle semblait être quelqu’un de merveilleux. Bravo, elle doit être fière de cette ouvrage. 

Le livre est disponible un peu partout chezAmazon, Fnac etc ou chez votre libraire préféré dés aujourd’hui au prix de 23€ au édition Casterman.

https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/albums/in-waves

In wave. Aj Dungo.Casterman.

AJ DUNGO

AJ Dungo est un illustrateur, skater et surfer de Los Angeles. Il a fréquenté le ArtCenter College of Design. Il a travaillé pour Nike, Nobrow, le New York Times, Esquire, Doubleday & Cartwright, Vissla, Bleacher Report, Skechers, etc.

Son travail a été reconnu par l’American Illustration, Society of Illustrators et AD & D

Vous pouvez le trouver en train de surfer sur le rivage ou de flâner dans un parking vide ou ici : https://www.ajdungo.com/

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer