SURFTRIP : R(love)ution mexicaine

La longboardeuse angloye Xoriafin, que tout le monde connait sur le Spot de la Madrague, a choisi REGULART MAG pour évoqué son dernier trip surf au Mexique…

N’hésitez par à la suivre sur insta : @xoriafin

Lors de mes premiers cours d’espagnol au collège, une œuvre que l’on devait étudier a marqué mon esprit : une peinture de Frida Kahlo qui décrivait l’ambivalence des sentiments concernant sa nation et l’influence de leurs voisins américains . Puis par le biais d’autres peintres dont Diego Rivera, Antonio Ruiz  et Roberto Montenegro par exemple, j’ai découvert une partie de la richesse culturelle de cette nation au travers de différentes époques.

Plus tard, le surf est entré dans ma vie et récemment, je suis tombée sur la vidéo du premier Mexilogfest (2017 parrainé comme Joel Duct tape invitational par Joel Tudor).

Là, motivée par les récits de surftrips de mes amis, j’ai décidé de faire mon voyage de début d’année sur la gauche magique de la playa la Saladita dans l’état de Guerrero sur la Côte pacifique…

J’ai eu l’énorme chance d’avoir comme contact sur place saladita surf  mené par Christofer Silva via les réseaux sociaux. Le spot est magique, à quelques mètres de la vague seulement, il n’y a qu’à enfiler son maillot pour être directement au pic au milieu des pélicans, poissons et mammifères marins (eh oui les pêcheurs ici ne vont en mer que pour se nourrir).

Quelles que soient les marées ou conditions de vent, il fonctionne et la mise à l’eau est facile (même si elle demande un peu d’attention pour le reef).

 L’Etat de Guerrero souffre de sa mauvaise réputation concernant les cartels et l’insécurité ; les locaux sont remplis de l’espoir que le nouveau président élu cette année puisse changer les inégalités sociales et mettre à profit les nombreuses richesses du pays pour tous. C’est pourquoi en discutant avec Christofer, on ne peut que lui en trouver plus de mérite à envisager sans aide gouvernementale de développer en sorte d’éco-lodge la Saladita. En effet , il est soutenu par l’architecte Andres Saavedra et la petite équipe du concept store Loot de Zihuatanejo . Ces gens passionnés, motivés et très cultivés incluent la culture locale à l’internationale pour un résultat des plus surprenants et agréables : concerts, expositions , lieux de chill ou d’inspiration/shootings. Il n’y a qu’à se rendre dans la ville voisine d’Ixtapa/Zihuatanejo pour se rendre compte de quoi ils sont capables avec la casa mx : un bijou d’architecture sobre et élégant ! A l’image des magazines les plus pointus mexicains comme Warp magazine ou indie rocks la jeunesse fait de la  » multiculturalité » présente dans le pays une richesse et non un handicap.

Pour résumer, l’instruction et l’éducation des jeunes locaux me motive à retourner surfer des gauches à longboard interminables au chaud et de m’enrichir humainement à leur contact…

 

Tips :

  • Avion : arrivée à Mexico City pour ensuite prendre le bus de nuit ou l’avion jusqu’à Zihuatanejo puis los llanos /la Saladita .
  • Logement Air BnB via christofer
  • Nourriture : Lourdes bar and grill , Kevins ou shops de Los llanos .
  • Boards : longboards de tous styles à louer sur la plage ou au shop derrière Lourdes
  • Autour : the Ranch, Nexpa, Zihuatanejo (playa la Ropa pour Loot et la casa mx )
  • Devise : pesos ou us dollars
  • Crème solaire à amener & penser à à l’après soleil
  • Boire de l’eau en bouteille
  • Des massages et cours de yoga sont réalisables à Lourdes avec vue sur le spot !
  • Amener des crayons et cahiers pour les enfants du village qui n’ont rien.

SURF BLOG : Vous connaissez MISSYFRUIT ?

Cette semaine on vous parle de Clémentine, 30 ans, chargée de communication la semaine, surfeuse, shaper et yogi le reste du temps. Cette bretonne, basco-landaise d’adoption pratique le surf depuis 15 ans !

C’est tout naturellement qu’on tenait à vous présenter son blog : MissyFruit !

logo-clair-e1447786187493

Balangan

REGULART MAG : Un petit mot sur ton blog ?

J’ai créé Missyfruit il y a quelques années car je ne trouvais pas mon bonheur dans l’actualité du surf féminin d’alors. C’était soit très superficiel (quel produit utiliser pour ses cheveux, quel bikini porter), soit de la publicité. Il n’y avait pas d’articles de fond, pas d’interviews intéressantes, et de manière générale, peu de sujets étaient consacrés aux femmes dans le surf.

En fouillant sur le net, j’ai commencé à trouver de belles choses : des vidéos de surfeuses amatrices ou professionnelles, des reportages photos, des portraits de surfeuses peu connues, etc.
Alors je me suis lancée et j’ai créé ce blog, dans lequel on retrouve les actualités du surf féminin, des vidéos, du shape, de la technique, des photos, le tout abordé sous un angle différent, et aussi authentique que possible.
Uluwatu
REGULART MAG : Ton univers en deux mots ? 
Authentique et vagabond 🙂
Colombie crédit photo Thomas Canel (2)
REGULART MAG : Quel regard portes-tu sur le surf féminin ?
 
Ces dix dernières années, j’ai vu le surf féminin se développer de façon impressionnante. Quand j’ai débuté en Bretagne, nous étions 2 ou 3 à l’eau (surtout en hiver !). Trouver du matériel adapté aux surfeuses relevait de la mission et le surf féminin était peu représenté dans les médias. Cependant il y avait peut-être un côté plus simple qu’aujourd’hui, moins « m’as-tu vu ».
La professionnalisation et la médiatisation du surf féminin ont grandement aidé à la reconnaissance du surf féminin, ce qui est génial. Beaucoup de filles s’essayent au surf, et cela apporte une diversité intéressante à l’eau et une ambiance généralement plus détendue. Mais parfois le côté cliché de la surfeuse sexy ou du tout pour le style véhiculé par certaines à tendance à m’agacer…
Parce que le surf ce n’est pas juste poser avec sa board pour une photo Instagram ou avoir le dernier swimsuit à la mode… C’est trop réducteur pour une discipline si riche qui valorise la préservation de l’environnement, la compréhension des phénomènes météorologiques ou le voyage, entre autres.
Colombie crédit photo Thomas Canel
 
REGULART MAG : Comment es-tu arrivée au Shape ?
 
L’envie de shaper nous est venue (à mon fiancé « le Yéti » et moi – c’est d’ailleurs lui le shaper officiel de Missyfruit qui créé nos planches !) avec le raz le bol de ne pas trouver « planche à son pied » ou alors à des prix exorbitants, pour une qualité pas toujours au rendez-vous. Quand on est surfeur/se assidu, on consomme du matériel, et plus on a de planches, plus on a envie d’en tester d’autres ! C’est aussi un moyen de renouer avec une activité manuelle, de prendre le temps d’être à 100% sur ce que l’on fait, de créer. Et quoi de plus agréable et authentique que de surfer sur une planche qu’on a imaginée, shapée, glassée, de A à Z ?
main-mesure-1024x682
REGULART MAG : Avec le surf comme passion, forcément tu voyages. As-tu une destination préférée ?

Difficile de faire un choix ! Je donnerai donc trois options que j’ai aimé à différents endroits du globe: côté continent américain, j’ai adoré la Colombie pour son côté encore très préservé du tourisme, la diversité des paysages et l’accueil des locaux qu’ils soient surfeurs ou non.

En Europe, j’aime le Portugal, parce que c’est une destination peu onéreuse, qui offre de supers vagues dans des endroits à couper le souffle.

Enfin l’Indonésie est une destination incontournable : des vagues world class, une population adorable et une culture ultra riche (je n’en ai vu qu’une toute petite partie mais je souhaite encore explorer ses nombreuses îles).

REGULART MAG : Tu pratiques assidûment le yoga; qu’est ce que cela t’apporte dans ton surf ?

Je pratique le yoga asthanga et le yoga vinyasa. Je ne m’attendais pas à un quelconque impact sur mon surf, mais j’ai pu constater que j’ai gagné en confiance même dans des conditions qui m’effraient. C’est également une pratique qui fait gagner en proprioception (et en abdos!), un incontournable pour progresser en surf!

REGULART MAG : Pour finir : ton meilleur souvenir à l’eau ?

Je crois que c’est en Indonésie il y a deux ou trois ans, j’avais de l’appréhension pour ma première session, j’avais en tête les vidéos avec des vagues monstrueuses qui cassent à fleur de récif que j’avais vues toute mon adolescence. Finalement j’ai pris ma première vague et j’ai eu un tube. J’ai pris une seconde vague et j’ai eu un autre tube. Appréhension envolée ! 🙂

uluwatu2RET
Crédits Photo : Missyfruit & Thomas Canel

♥ Suivez Missyfruit sur : son blog, sur facebook, sur twitter ou sur instagram !

SURF : BE PRESENT / Acte 2

Il l’avait dit, il l’a fait : après le teaser publié il y a quelques semaines, Edouard Delpero nous présente l’Acte 2 de son surftrip…

Après l’Inde, le surfeur pro du Pays Basque, nous amène avec lui en Indonésie dans cette seconde vidéo & on le remercie !…

#BePresent – Acte 2 – INDONESIE from Edouard Delpero on Vimeo.

L’Acte 1 est à (re)découvrir ci-dessous…

#BePresent – Acte 1 – INDE from Edouard Delpero on Vimeo.

Suivez le surftrip d’Edouard sur sa page facebook : www.facebook.com/EdouardDELPERO ou en tapant #Bepresent sur les réseaux sociaux.